Savéria Coste et l’amour maternel : une histoire de famille

Savéria Coste et l’amour maternel : une histoire de famille

26
05.2015

- Que votre mère vous a-t-elle apporté de plus précieux ? (À part la vie, bien sûr !)

C’est à ma grand-mère et ma mère que je dois mon sens de l’indépendance, de l’effort et du travail. Elle était pharmacien comme mon père, mon grand père et grand-mère et arrière grand-père, alors autant vous dire qu’elle a bien évidement œuvré pour que je sois la 4ème génération de pharmacien ! Comme elle aimait les plantes et les cosmétiques, cette passion l’a poussée à développer, dans les années 1980, dans l’officine familiale, un des 1ers espaces en libre-service dédié à la « beauté holistique ». Elle dispensait ses précieux conseils dans un véritable espace beauté -très innovant pour l’époque !- consacré à la dermo-cosmétique, aux tisanes et au bien-être. C’est donc elle qui m’a transmis cette passion pour l’entreprenariat, les plantes, la beauté et a été ma plus grande source d’inspiration pour la création du Laboratoire Garancia.

- Quels sont vos meilleurs souvenirs avec votre mère ?

C’est vraiment difficile de choisir, tant il y en a ! Ma mère a toujours aimé les plaisirs simples qui font le sel de la vie. Quand je pense à elle, ce sont ces moments là qui me reviennent spontanément en mémoire : avec elle, je me souviens de siestes à l’ombre du figuier dans notre propriété en Provence, de journées entières passées à la plage en Corse en famille, les découvertes des plantes de la campagne comme le pouvoir moussant de la saponaire qu’elle me montrait au bord du ruisseau, ses interminables lectures sur les monuments, musées que l’on visitait lors de nos voyages en famille (dire qu’à l’époque cela me barbait). Tout cela n’a rien de très original, mais c’est unique !
Dans mon travail, ma mère est très présente car je lui demande toujours son avis : elle me nourrit de ses précieux conseils que j’écoute toujours avec attention. Elle a beaucoup de bon sens.

- Vous avez deux enfants adolescents … à votre tour, que souhaitez-vous leur transmettre ?

Je leur dis parfois « Aime et fais ce que tu veux », car rien de grand ne se fait sans passion et sans la liberté d’aimer ce que l’on fait. J’ai suivi ce mantra toute ma vie et je leur souhaite d’être animés par ce même feu. Mon mari et moi les encourageons à chercher ce qui les meut et ce qui les émeut, à éveiller leur curiosité. Je suis également attentive à leur ouverture aux autres, à leur générosité. Dans cette société hyper-individualiste qui est la nôtre, il est indispensable de développer son sens de l’altruisme. Nous essayons de leur montrer l’exemple en nous investissant dans l’AMFE (Association Maladie Foie Enfants), qui vient en aide aux enfants atteints de maladies rares et à leurs parents. Mon Mari vient ainsi d’écrire un roman « l’extravagante légende des yeux de Sainte Lucie » dont l’intégralité des bénéfices ira à cette association. Enfin, je veux leur inculquer les valeurs que j’ai moi-même reçues de ma famille, et qui m’ont aidé toute ma vie à me surpasser et à profiter de la vie. Le goût des plaisirs simples et de l’effort est une affaire de famille. Rien ne s’acquiert sans travail. Pour moi c’est un peu comme gravir une montagne et une fois en haut, aider les autres à en faire de même pour, ensemble, admirer le paysage et partager des moments uniques. La persévérance et l’accomplissement personnel dans l’effort : voilà ce qui me motive et ce que j’essaie d’enseigner à mes enfants.

Articles liés

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire